Sensibiliser et impliquer les parties prenantes dans sa démarche RSE

Au cœur de la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE), les parties prenantes désignent tous les acteurs qui influencent ou qui prennent part à une démarche RSE. Internes (dirigeants, salariés etc…) ou externes (fournisseurs, clients etc…) à une organisation, les parties prenantes contribuent différemment à la stratégie RSE des entreprises. Leur rôle est néanmoins déterminant dans la réussite d’une démarche engagée et socialement responsable. Vous souhaitez en savoir plus sur le rôle des parties prenantes et la manière de les impliquer dans votre démarche RSE ? Suivez le guide !

Alban Péan
Alban Péan
Directeur Marketing et Communication
Le
19/2/2024
Parties prenantes RSE

Quelle est la relation entre les parties prenantes et la RSE ?

La transparence, l’éthique des relations d’affaires ou la redevabilité sont des principes situés au cœur des enjeux RSE des entreprises. Celles qui souhaitent déployer efficacement une stratégie RSE doivent s’intéresser à tout l’écosystème dans lequel elles évoluent.

Cependant, au sens large du terme, cet écosystème est composé de nombreux acteurs dont le rôle et les responsabilités varient. 

La notion de parties prenantes a été introduite par le philosophe américain Ed Freeman à la fin du 20e siècle. Puis au début du 21e, la norme internationale ISO 26000 a donné une définition de la notion :

“Une partie prenante désigne un individu ou un groupe ayant un intérêt dans les décisions ou les activités d’une organisation”

Les parties prenantes à une démarche RSE peuvent être :

  • Les dirigeants,
  • Les salariés,
  • Les actionnaires,
  • Les syndicats,
  • Les fournisseurs et les sous-traitants,
  • Les clients et les consommateurs,
  • Les communautés locales et les riverains,
  • Les pouvoirs publics
  • Les associations et ONG

La relation qu’une partie prenante entretient avec une entreprise engagée dépend de sa place dans l’écosystème :

  • soit la partie prenante contribue directement à l’activité commerciale,
  • soit la partie prenante observe ou influence l’activité commerciale,
  • soit la partie prenante est affectée directement ou indirectement par l’activité commerciale, de manière positive ou non.

Ainsi, dans l’animation de la RSE, les salariés ont un rôle différent que celui des associations ou des collectivités territoriales car ces dernières interagissent plus indirectement avec l’activité de l’entreprise.

Chez Civitime, nous avons développé des outils collaboratifs et ludiques qui facilitent l’adhésion des parties prenantes à la démarche RSE de votre organisation. Grâce aux mécaniques du jeu, notre solution permet de sensibiliser et de mobiliser durablement vos parties prenantes, quel que soit l’âge ou la sensibilité des participants avec le digital. Réservez une démonstration pour en savoir plus !

Les parties prenantes internes

La notion de parties prenantes peut être divisée en deux catégories : les parties prenantes internes et les parties prenantes externes.

Les parties prenantes internes d’une entreprise fait référence :

  • aux dirigeants,
  • aux collaborateurs,
  • aux actionnaires,
  • aux syndicats.
Parties prenantes internes

Les dirigeants

Président, directeurs généraux, membres du conseil d’administration, Comex, Codir, Copil… La direction d’une organisation joue un rôle clé dans l’adoption d’une politique engagée. 

En effet, il est important que les dirigeants prennent conscience de leur influence et de leur responsabilité dans la mise en œuvre d’un processus RSE. Sans leur participation active et un engagement sincère, aucune stratégie RSE ne peut réussir. 

En tant que partie prenante interne, la direction influence la culture de l'entreprise en faisant la promotion des pratiques et des valeurs durables, comme la transparence, l’éthique, la diversité et l’inclusion.

En étant à l'écoute des besoins des employés, elle améliore leur bien-être au travail.

🚨 Remarque
Plusieurs études ont mis en évidence l’impact positif d’une démarche socialement responsable sur la réussite globale de l'entreprise, tant sur le plan financier que sur le plan sociétal.

En parallèle, elle interagit avec les parties prenantes externes, telles que les fournisseurs et les clients, pour établir des relations basées sur des valeurs communes. 

Ainsi, la direction mobilise et engage les parties prenantes internes et externes dans son processus responsable et durable.

Les collaborateurs

Les collaborateurs ont également un rôle clé dans la démarche RSE d’une entreprise car ils sont particulièrement concernés par de nombreux sujets RSE : Qualité de Vie et des Conditions de Travail (QVCT), politique handicap, gestion des déchets, lean management, plan de mobilité durable etc…

En effet, une politique RSE concerne et affecte directement les salariés, c’est pourquoi la réussite du processus dépend beaucoup de l’engagement des collaborateurs.

L’adhésion des salariés aux valeurs de l’entreprise renforce l’image positive de l’organisation, ce qui favorise l’engagement des parties prenantes externes à la démarche RSE.

🚨 Remarque
L’implication des salariés dans une politique responsable peut également avoir des conséquences positives sur les performances économiques de l’entreprise. En effet, renforcer sa marque employeur et le bien être des salariés permet d’améliorer la productivité des équipes et facilite la fidélisation des salariés.

Cependant, il n’est pas simple de sensibiliser et de mobiliser les collaborateurs afin qu’ils intègrent la RSE dans leur activité. Si la mise en œuvre d’un projet RSE est perçu comme une contrainte par les collaborateurs, ils peuvent être réticents à s’engager volontairement et durablement.

C’est pourquoi Civitime a élaboré une suite d’outils digitaux et collaboratifs réalisés par des experts métiers et des psychologues. Avec un taux de participation moyen de 61% et un taux de satisfaction des participants de 92%, notre solution utilise les mécaniques du jeu pour mobiliser durablement vos salariés dans la thématique qui répond le mieux à vos objectifs RSE.

Les actionnaires

Les actionnaires sont des parties prenantes internes de la RSE car ils sont à la fois membres de la communauté économique de l’entreprise et détenteurs de parts sociales. Ainsi, ils peuvent être influencés par la politique RSE de l’organisation et ils peuvent aussi l’influencer grâce à leur droit de vote lors des assemblées générales.

La relation entre les actionnaires et la politique RSE de l’entreprise est à la fois financière et éthique.  D’une part, ils ont besoin d'informations claires et transparentes sur l'intégration de la RSE dans la stratégie globale de l’organisation. D’autre part, les actionnaires souhaitent comprendre comment la RSE peut contribuer à la performance financière à long terme.

🚨 Remarque
Les actionnaires peuvent avoir des motivations différentes en ce qui concerne la RSE. Certains peuvent être motivés par des considérations purement financières, tandis que d'autres peuvent être plus enclins à soutenir des initiatives durables et responsables.

Une démarche équilibrée qui tient compte des intérêts de tous les actionnaires et une bonne communication RSE sont les clés d’une collaboration efficace entre l’entreprise et ses actionnaires.

Les syndicats

Les syndicats jouent un rôle clé en tant que parties prenantes internes à une démarche RSE. Ils détiennent une voix collective qui permet aux salariés de participer et d'influencer la politique RSE de leur entreprise.

En tant que représentants des travailleurs, les syndicats collaborent et négocient avec la direction afin de garantir de bonnes conditions de travail, des salaires équitables et des avantages sociaux appropriés. Par exemple, les syndicats peuvent encourager la formation continue des employés, la sécurité au travail, un management inclusif, une culture durable et responsable.

🚨 Remarque
Les syndicats agissent en tant que mécanisme de surveillance, veillant à ce que les engagements pris par l’organisation soient respectés. Cependant, ils ne doivent pas être considérés comme des critiques mais comme des partenaires.

En collaborant étroitement avec les syndicats, les entreprises peuvent tirer parti de leur expertise et de leur expérience pour élaborer des actions RSE efficaces, bénéfiques à la fois pour les employés, la société et l'entreprise elle-même.

Ainsi, les syndicats sont des parties prenantes internes clés dans la politique RSE d'une organisation car ils contribuent à des relations de travail harmonieuses.

Les parties prenantes externes

Parmi les parties prenantes externes d’une entreprise, on trouve :

  • Les fournisseurs et les sous-traitants,
  • Les clients et les consommateurs,
  • Les communautés locales et les riverains,
  • Les pouvoirs publics
  • Les associations et ONG
Parties prenantes externes

Les fournisseurs et les sous-traitants

Les fournisseurs et les sous-traitants sont des parties prenantes externes importantes dans la Responsabilité Sociale des Entreprises.

En effet, les fournisseurs peuvent impacter directement la performance sociale et environnementale d'une activité commerciale en fournissant des produits respectueux de l'environnement et en respectant les normes sociales. Un choix judicieux des fournisseurs reflète les valeurs et les engagements environnementaux ou sociaux d’une organisation.

Les sous-traitants, quant à eux, agissent au nom de l’organisation et peuvent donc influencer sa politique RSE. Une collaboration étroite avec les sous-traitants assure que les activités externalisées sont menées de manière responsable.

En somme, travailler en harmonie avec les fournisseurs et les sous-traitants est essentiel pour créer une chaîne d'approvisionnement responsable et durable, en accord avec les objectifs RSE de l'entreprise. Une communication ouverte, fondée sur la confiance et le partage de valeurs communes, est primordiale pour établir une collaboration solide avec ces parties prenantes externes.

Les clients et les consommateurs

Les clients et les consommateurs sont des parties prenantes externes qui exercent une influence importante sur la politique RSE d’une entreprise.

En effet, les clients sont directement touchés par les produits ou services d'une entreprise et ils s'attendent à ce que celle-ci adopte des pratiques responsables sur le plan économique, social et environnemental.

Les organisations qui intègrent la RSE de manière authentique renforcent leur réputation et leur crédibilité auprès de leur clientèle. En offrant des produits ou services respectueux de l'environnement et des normes sociales, ces entreprises fidélisent leur clientèle existante et attirent de nouveaux clients qui partagent les mêmes valeurs.

“En France, 90% des consommateurs plébiscitent les entreprises qui s’engagent dans des projets d’intérêt commun”

auteur Etude menée par Denjean & Associés

Les attentes des clients et des consommateurs en matière de RSE sont de plus en plus exigeantes. Par conséquent, adopter des pratiques durables, transparentes et éthiques devient un levier de croissance de plus en plus important.

Une entreprise a donc tout intérêt à adopter une politique RSE solide et à la promouvoir auprès de sa clientèle. Ce faisant, elle renforce sa réputation, fidélise sa clientèle et améliore la compétitivité de ses produits ou services sur son marché.

L’influence, les attentes et le soutien des consommateurs sont des facteurs déterminants pour le succès d'une entreprise engagée dans des pratiques responsables. Les clients et les consommateurs jouent ainsi un rôle clé en tant que parties prenantes externes RSE.

Les communautés locales et les riverains

Les communautés locales et les riverains sont des parties prenantes externes RSE en raison de leur proximité avec les installations ou les sites d'une entreprise. Ils sont directement touchés par ses activités et ont des attentes légitimes quant à leur qualité de vie, à la préservation de leur environnement et à la création d'emplois durables.

La responsabilité sociale et environnementale implique d’engager un dialogue ouvert avec les communautés locales afin de prendre en compte leurs préoccupations et de chercher des solutions collaboratives permettant de minimiser les impacts négatifs d’une activité commerciale.

Par exemple, en favorisant l'emploi local, en investissant dans des projets sociaux ou en mettant en place des mesures environnementales, une organisation peut contribuer au développement durable et à l'amélioration du bien-être des populations locales.

Les riverains s'attendent également à une communication transparente et à une participation active de l'entreprise dans leur communauté. L'établissement de partenariats locaux et d'initiatives RSE contribue à renforcer la relation entre l'entreprise et les parties prenantes externes, créant ainsi une confiance et une coopération durable.

La relation entre une entreprise engagée et les riverains repose sur le dialogue, le respect mutuel et la prise en compte de l’impact de l’activité économique sur l’environnement et le bien-être de la population locale.

Les pouvoirs publics

Les pouvoirs publics sont des parties prenantes externes RSE incontournables. En tant que régulateurs, ils établissent les normes légales et réglementaires qui incitent le secteur privé à adopter des pratiques durables et responsables.

En effet, les pouvoirs publics fixent les exigences minimales en matière de respect de l'environnement, des droits de l'homme, des conditions de travail, et bien d'autres domaines clés de la RSE. Les organisations privées doivent se conformer à ces exigences et sont encouragées à adopter des pratiques volontaires pour résoudre les enjeux sociaux et environnementaux.

🚨 A savoir
En France, les entreprises de plus de 50 salariés (et bénéficiant d'aides au titre du « Plan de relance ») sont tenues de réaliser un bilan GES ou un bilan simplifié des émissions de gaz à effets de serre (décret n° 2021-1784 du 24 décembre 2021)

Au-delà des obligations légales ou réglementaires, une entreprise a tout intérêt à s’engager dans une démarche RSE. En répondant aux attentes des pouvoirs publics, elle renforce sa crédibilité, sa réputation et son attractivité. Son engagement social et environnemental peut ainsi augmenter ses chances de remporter un marché public ou de bénéficier d’avantages fiscaux.

En tant que parties prenantes externes, l’influence des pouvoirs publics sur la politique RSE des entreprises est significative. Les attentes et les exigences de l’Etat envers le secteur privé ont vocation à se renforcer dans les prochaines années.

Les associations et ONG

Les associations et les ONG sont des parties prenantes externes à intégrer dans un processus RSE. En apportant leur expertise et en représentant les intérêts de la société civile, les associations peuvent contribuer à façonner les actions et les engagements d'une entreprise en matière de RSE.

Les organisations engagées ont intérêt à travailler avec ces parties prenantes, à développer des partenariats et à trouver des solutions innovantes.

Les attentes des associations et des ONG envers une entreprise en matière de RSE peuvent varier, allant de la transparence à l'adoption de politiques respectueuses des droits de l'homme et de l'environnement. Par exemple, une association environnementale peut attendre d’une industrie qu'elle réduise son empreinte carbone et adopte des pratiques durables dans sa chaîne d'approvisionnement.

La relation entre les associations et les entreprises engagées repose sur la collaboration, le partage d'objectifs et l'engagement commun envers des pratiques responsables. Leur influence et leur expertise contribuent à renforcer l'impact positif d'une organisation privée sur la société et à promouvoir une culture de responsabilité.

Comment intégrer les parties prenantes dans votre démarche RSE ?

L’intégration des parties prenantes dans votre démarche RSE implique :

  1. de les identifier et de cerner leurs attentes
  2. d’élaborer une stratégie RSE en suivant un processus de co-construction 

Identification des parties prenantes RSE

La première étape consiste à identifier les parties prenantes clés. Un bon moyen d’y arriver est de réaliser une cartographie de tous les acteurs qui exercent une influence directe ou indirecte sur votre activité commerciale.

Cette cartographie des parties prenantes est un outil essentiel car il permet d’élaborer une stratégie RSE solide en prenant en compte tous les acteurs concernés, leurs attentes respectives. Cela permet de les inclure dès le début du processus.

Pour recueillir les attentes des parties prenantes, vous pouvez mener des sondages ou encore mettre en place des groupes de travail. Par exemple, un comité consultatif composé de représentants des employés peut fournir des insights précieux sur les enjeux sociaux et environnementaux prioritaires. De même, rencontrer les clients peut vous aider à comprendre leurs attentes en termes de transparence et de développement durable.

Une bonne connaissance des intérêts et des attentes des parties prenantes permet d’adapter ses actions RSE et d’établir des relations de confiance. Cela renforce la crédibilité de votre démarche RSE, l’engagement des parties prenantes et aboutit à des résultats concrets et durables.

Co-construction d’une stratégie RSE avec les parties prenantes 

Pour être efficace, une stratégie RSE fixe des objectifs à la croisée des intérêts de l’entreprise et de ses parties prenantes. Pour hiérarchiser les objectifs à atteindre, il existe un outil performant : la matrice de matérialité.

Matrice de matérialité

La matrice de matérialité est un outil précieux qui permet de hiérarchiser les enjeux les plus importants en croisant leur impact sur l'entreprise et leur importance pour les parties prenantes. En identifiant les enjeux prioritaires, un établissement privé peut concentrer ses ressources sur des objectifs RSE fédérateurs.

Cependant, ce processus doit s’inscrire dans une démarche collective. La co-construction de la stratégie RSE avec les parties prenantes internes et externes favorise l'appropriation de la démarche RSE et renforce son impact.

Par exemple, vous pouvez organiser des groupes de travail ou utiliser des outils digitaux pour permettre à chacun d’apporter ses idées et de contribuer à la prise de décision. Pour vous aider dans cette démarche, Civitime a conçu une suite d’outils collaboratifs dédiés à la co-construction d’une feuille de route RSE avec vos parties prenantes. Grâce à la gamification de notre solution, nous favorisons l’implication des participants dans l’élaboration de votre stratégie RSE. Demandez-nous une démonstration et découvrez comment sensibiliser, informer et impliquer de manière interactive vos parties prenantes !