Liens
Actualités

RSE & Impact : impliquer ses parties prenantes durablement

S'inscrire

RSE & Impact : impliquer ses parties prenantes durablement

Retranscription écrite de la table ronde "RSE & Impact : impliquer ses parties prenantes durablement"

Le Apr 21, 2023

RSE & Impact : impliquer ses parties prenantes durablement

Les entreprises subissent des pressions de toutes parts pour que leur activité ait un impact en interne, comme en externe.

Mais qui peut incarner ce rôle de plus en plus vital dans les équipes ? Comment élever la voix de l'impact au niveau de la direction et la faire ruisseler auprès de tous les collaborateurs ?

Anthony Mollé, CEO de Civitime, a eu le plaisir d'animer une table ronde : "RSE & Impact : impliquer ses parties prenantes durablement" en compagnie d'Audrey Yvert Head of Impcat chez OpenClassrooms et Isabelle Mouret de Lotz, Head of Développement & Executive Search chez Birdeo.

Cette table ronde de 45 minutes d'échanges, s'est donné pour mission de surmonter les défis liés à la communication, à la visibilité et à l'organisation interne pour aborder la RSE et la notion d'Impact d'une manière innovante et stimulante pour vos collaborateurs.

Le replay de cette table ronde est disponible en format vidéo, juste ici.

Et voici la retranscription écrite :

Introduction. De "DD" à "IMPACT" : changement de dimension ?

Au regard des médias, on constate que de nombreuses célébrités s'engagent et portent aujourd'hui le rôle de Chief Impact Officer (CIO) au sein d'organisation. On y retrouve le Prince Harry au sein de BetterUp, Mamadou Shakho chez la startup Bloks, ou encore Corinne Mrejen pour le Groupe Les Echos.

Ce constat révèle une évolution du développement durable vers l'impact. Mais alors comment cela se traduit au quotidien et qu'est-ce que cela va apporter ?

Isabelle Mouret de Lots :

"Les concepts de développement durable, de RSE et d'impact étaient déjà présents il y a quinze ans, mais ils sont devenus aujourd'hui des engagements. Notamment pour les parties prenantes internes et externes qui remettent en question leur activité sur les prochaines années, compte tenu des différentes crises sociales et environnementales, ainsi que leur capacité à générer de la rentabilité à travers cette activité.

L'impact dispose de deux dimensions en entreprise : à la fois, l'impact qu'elle a sur la société, l'environnement... et le regard de la société sur son activité. Ainsi, des sujets qui avant pouvaient être traités de façon séparée sont aujourd'hui transverses et irriguent l'ensemble des départements (marketing, commerce, finance, etc.).

Les enjeux majeurs des postes aujourd'hui se traduisent par :

  • une vision stratégique de la transformation du business (posture du dirigeant)
  • la capacité de mise en oeuvre / capacité opérationnelle (projets complexes, co-construction, multi parties prenantes, connaissances techniques/réglementaires)
  • la communication / sensibilisation (savoir embarquer, transmettre pour faire bouger les lignes, donner l'envie...)

"Les membres du conseil d'administration deviennent eux aussi de plus en plus impactant à travers le rôle de challenger le business model. La RSE et l'impact sont devenus des sujets aussi stratégiques qu'opérationnels."

Audrey Yvert :

"Il y a une profonde transformation sociétale, en raison du réchauffement climatique, de la réduction du nombre de ressources disponibles et de la hausse de la transparence à tous les niveaux. Il y a donc de plus en plus de responsabilités liées à cet impact qui pèse sur les entreprises, qui s'organisent pour répondre aux demandes de leurs investisseurs, clients, employés...

Sur le modèle de la transformation digitale, il est très probable que demain toutes les entreprises intègrent complètement les fonctions de RSE et d'impact et qu'il n'y ai plus seulement un poste dédié en interne mais que l'ensemble des collaborateurs l'implémente au sein de leurs fonctions quotidiennement."

Anthony Mollé :

"Il y a 5 ans on pouvait constater que chez nos clients, les fonctions RSE, étaient souvent rattachées aux fonctions qualité par QHSE avec une approche très réglementaire de la RSE, et progressivement on a observé un glissement vers d'autres pôles d'activité au sein des entreprises comme le marketing par exemple.

On observe une double compétence métier qui se définie par :

  • L'indispensable : expériences, connaissances et compétences de votre coeur de métier
  • La vision : compréhension, prise en compte de la complexité des enjeux développement durable et volonté de mettre en place une démarche RSE et de transformation durable dans l'entreprise
  • La valeur ajoutée : alignement, exemplarité et leadership"
N'y a-t-il pas un risque de greenwashing avec un rattachement au marketing et à la communication ? - Sandrine S.

Audrey Yvert :

"Le risque de greenwashing est toujours présent et même pour des entreprises qui pensent bien faire il a toujours un risque de ne pas employer les bons mots ou de ne pas être clairs sur ces actions et sa communication. À ce titre, il existe un guide créé par l'ADEME sur la communication responsable, qui vous donnera toutes les clés pour communiquer de manière transparente en évitant de tomber dans le greenwashing. Ne négligez pas non plus la communication de vos actions auprès de vos parties prenantes, il est nécessaire d'embarquer et de communiquer auprès de vos collaborateurs pour faire rayonner vos actions. La communication représente une partie importante de l'efficacité de nos actions."

1. Impliquer dans la RSE : quelles solutions ?

Audrey Yvert :

"Le point de départ est une volonté de la part des dirigeants de mettre en place des actions, ensuite ces actions peuvent performer, il est nécessaire d'embarquer ses parties prenantes internes et externes et pour y arriver il y a différents outils et manières de faire. Dans mon titre il y a maintenant impact ET advocacy, synonyme d'essayer de convaincre les collaborateurs, notamment le middle management qui n'ont pas forcément intégré au même point l'impact dans leurs décisions quotidiennes. C'est aussi d'aller convaincre nos fournisseurs et nos clients sur ces sujets la parce que c'est avec eux qu'on peut avoir des actions efficaces.

Pour prendre en exemple la mise en place d'une certification B Corp, qui repose sur un questionnaire qui interroge sur les pratiques d'impact d'une entreprise sur différentes catégories (environnement, salariés, communauté, clients...). C'est donc une vision 360° sur l'impact de l'entreprise et comment il est possible d'être amélioré avec un benchmark de ce que font les autres entreprises. Typiquement chez Openclassrooms, une fois que nous avions été certifiés B Corp en 2021, notre objectif a été de pouvoir augmenter notre score pour la recertification, donc on a mis en place un projet qui embarque toutes les différentes branches de l'entreprise dans l'amélioration collective de notre score B Corp.

Ce projet a permis de questionner chaque collaborateur sur ce qu'il était possible de mettre en place à son niveau pour améliorer l'impact de l'entreprise. Pour exemple, l'équipe fournisseurs a travaillé sur une charte fournisseur qui regroupe les pratiques environnementales et sociales pour augmenter le score de l'entreprise. Ainsi, chaque département a des initiatives en cours et une fois par trimestre on se réunit pour faire une nouvelle simulation de score, remercier tous les participants et on communique sur notre avancement du projet qui nous aide à améliorer notre impact.

Pour impliquer toutes les parties prenantes il faut donner aux personnes le contrôle sur ce qu'ils peuvent mettre en place pour participer. Le Chief of Impact ne sait pas tout ce qui le mieux pour amener l'entreprise à réaliser ses ambitions en termes d'impact, chacun doit apporter sa pierre à l'édifice et c'est encore mieux si les collaborateurs le font en se challengeant pour pouvoir aller encore plus loin."

Isabelle Mouret de Lots :

"Pour rebondir sur le sujet, au sein de Birdeo nous mettons en relation des candidats et des clients donc il est essentiel de mesurer notre impact et pour cela nous avons choisi de devenir une société à mission en se basant sur ce qui est aujourd'hui notre valeur ajoutée : la qualité des relations avec nos candidats. Dans une volonté d'éclairer le marché et les expertises, nous avons fait le choix de nous mettre à disposition gratuitement 2 à 3 fois par mois pour aider des candidats qui sont en questionnement.

Nous sommes également très vigilants sur l'utilisation du numérique, parce que notre activité en dépend beaucoup donc il est essentiel pour nous d'avoir une responsabilité sur l'utilisation du numérique et cela se traduit par des choses très concrètes au quotidien.

Pour sensibiliser et motiver ses parties prenantes à passer à l'action il faut trouver le message, le canal, le levier qui va fonctionner et les indicateurs sont la aussi pour mobiliser les personnes. Il existe aujourd'hui une multitude d'outils et moi-même je n'ai pas de règle qui fonctionne à 100 % à chaque fois, il faut être créatif et garder en tête que la clé c'est l'utilisation de ces outils doit être en cohérence avec l'objectif de la stratégie mise en place."

Pour les collaborateurs qui manquent de temps, qui ne veulent pas changer leurs façons de faire et qui ne se sentent pas concernés par la RSE, comment les engager, comment les motiver ? - Mathilde L.

Anthony Mollé :

"Chez Civitime, depuis 5 ans on collabore avec des psychologues du travail pour identifier les leviers psychosociaux sur lesquels il est nécessaire d'agir pour faire qu'un collaborateur soit d'avantage engagé dans une stratégie RSE. Aujourd'hui on dispose d'une quarantaine de mécaniques de jeu, qu'on va venir assembler pour répondre aux leviers psychosociaux sur lesquels on veut agir. Cette approche nous a permis de déterminer des étapes de l'engagement : sensibilisation - adhésion - implication - valorisation.

Ainsi, notre mission chez nos clients est d'amener le plus de collaborateurs possible de la phase de sensibilisation à la phase de valorisation. Une étude d'HBR a récemment démontré que lorsque 10 % des membres d'un groupe sont ambassadeurs d'un sujet, ils sont suffisamment nombreux pour convaincre le reste du groupe sur ce sujet.

Il y a deux façons de faire pour amener un collaborateur à l'action c'est :

  1. la contrainte
  2. la motivation

Mais nous sommes convaincus que la méthode la plus puissante et pérenne c'est la motivation et notamment la motivation intrinsèque via la gamification. Ce qui fonctionne très bien c'est aussi le fait de créer une dynamique collective à travers cette méthode en créant des équipes, des challenges... les collaborateurs échangent, apprennent et s'approprient le sujet."

Quel est votre regard sur la mise en œuvre de démarche RSE/impact dans les TPE/PME qui du fait de leur taille n'ont pas de "direction" dédiée au sujet ? - Baptiste C.

Audrey Yvert :

"Ce n'est pas forcément l'existence d'un poste dédié qui prouve qu'il y a une volonté ou non de la part de l'entreprise sur le sujet. Ce type de poste a pour vocation de centraliser les démarches, apporter une cohérence et donner une meilleure visibilité/puissance à des démarches qui peuvent déjà exister dans l'entreprise.

À l'échelle d'une TPE/PME, il y a déjà pleins de choses qui peuvent être réalisées par des équipes opérationnelles sur la gestion des déchets, les émissions carbone, impliquer les salariés dans l'actionnariat, la politique de recrutement, parité, inclusion, etc. Dans ce cas de figure le coordinateur de toutes ces initiatives peut-être le ou la dirigeant(e) de l'entreprise. Il y a toujours moyen de faire des actions à son niveau et il existe justement de nombreuses petites entreprises qui réalisent des actions incroyables car elles bénéficient d'une grande souplesse et agilité d'organisation, il ne faut pas hésiter à s'inspirer des entreprises de son échelle qui sont exemplaires sur ces sujets."

2. Impact interne, environnemental, social... quels indicateurs ?

Audrey Yvert :

"Nous avons différents KPI's de manière générale :

  • Le revenu : est-ce que l'entreprise va bien financièrement
  • Employee Net Promoter Score (ENPS) : est-ce que nos employés sont heureux
  • Le taux d'employabilité de nos étudiants à la suite de nos formations

Ce dernier indicateur est vraiment important pour nous et il nous permet de contribuer concrètement à l'ODD sur l'accès à l'éducation en rendant nos cours gratuits, en faisant en sorte d'améliorer l'accès de nos cours aux personnes réfugiées ou en situation de handicap, etc. Ce KPI est répercuté sur chaque objectif des missions des collaborateurs dans l'entreprise. De plus, nous sommes en train de travail sur un KPI sur le carbone qui sera intégré dans les bonus de tous les managers et qui vise à réduire nos émissions de carbone et respecter les accords de Paris."

Isabelle Mouret de Lots :

"Chez Birdeo, nos indicateurs sont les suivants :

  • Le nombre de missions de recrutement qui ont abouti
  • L'émission de carbone
  • Le nombre de prises de parole d'ambassadeurs de l'entreprise

Ces indicateurs s'inscrivent donc toujours dans cette logique de diffuser au maximum l'information et mobiliser les parties prenantes sur la RSE et l'impact."

Pour l'engagement de chacun, en plus de convaincre qu'il faut changer... avez-vous des approches pour DONNER ENVIE de changer pour qu'il devienne vraiment acteur ?

Anthony Mollé :

"Pour convaincre et donner envie il faut parfois désencrer la personne d'une situation actuelle à travers une prise de conscience, soit par une peur de la situation actuelle (ex : je me soucie du monde dans lequel vivront mes enfants demain) ou soit l'attirer vers une situation future. C'est le plus souvent lors de la phase de sensibilisation que cette prise de conscience est réalisée."

Quel lien faites-vous entre l'impact, la RSE et la qualité de vie au travail ? - Laure D.

Audrey Yvert :

"Pour moi la différence entre impact et RSE c'est désigner son business model pour avoir un impact positif spécifique, pas simplement en essayant de corriger ses externalités. La QCVT peut se retrouver et dans l'impact et dans la RSE, c'est le bien-être de ses salariés, c'est la manière dont on impacte positivement l'humain au sein de son organisation."

Réserver une démonstration en ligne
Vous pourriez aimer
No items found.
Il n'y a pas d'articles relatifs.